Pas assez de bilans de médication

« Les pharmaciens se sous-estiment », regrette un confrère du Nord  Abonné

Par
Jacques Gravend -
Publié le 04/02/2019
Président du syndicat des pharmaciens du Nord, Jérôme Cattiaux a déjà réalisé de nombreux de bilans de médication en 2018, et il compte augmenter le rythme cette année. Rencontre avec un confrère motivé qui témoigne sans langue de bois de l'intérêt de cette nouvelle mission, pour les patients comme pour l'image de la profession.
Bilan partagé

Bilan partagé
Crédit photo : JGravend

Jérôme Cattiaux, titulaire à Cambrai (Nord), convient que le bilan partagé de médication est « chronophage, et intellectuellement compliqué pour les pharmaciens ». Mais il pense aussi que les pharmaciens n'existeront plus à court terme « s'ils continuent à vendre seulement des boîtes ». Il se dit donc « très déçu » de voir que si peu de confrères ont réalisé des bilans partagés de médication. On en dénombre environ 20 000 en 2018 sur les 400 000 escomptés par la Caisse nationale d'assurance-maladie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte