Autosurveillance glycémique

Encore trop d’écart avec les bonnes pratiques  Abonné

Publié le 23/10/2014

Les données du premier observatoire de l’Autosurveillance glycémique (ASG) en France montrent que les patients qui devraient réaliser le plus de contrôles n’atteignent pas les objectifs, pourtant à la baisse.

La plupart des patients considèrent que l’ASG pèse sur leur quotidien

La plupart des patients considèrent que l’ASG pèse sur leur quotidien
Crédit photo : PHANIE

JUSQU’À 10 mesures par jour chez les Diabétiques de type 1 (DT1), il existe une corrélation positive entre pratique de l’Autosurveillance glycémique (ASG) et maîtrise de l’HbA1c (1). Chez les Diabétiques de type 2 (DT2) la pratique est encadrée par les recommandations HAS-ANSM de janvier 2013 (2).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte