En attendant l’injection hebdomadaire  Abonné

Publié le 14/11/2011

Les deux tiers des personnes interrogées estiment le geste simple, mais la grande majorité des plus de 40 ans interrogés (93 %) jugent l’insulinothérapie contraignante et gênante. « L’insuline en soi n’effraie pas, même si cela signifie que le traitement est à vie, la crainte d’avoir mal n’est guère exprimée non plus. C’est avant tout la répétition du geste une ou plusieurs fois par jour qui est redoutée (78 %) », explique le Dr Claude Colas (Hôtel-Dieu).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte