Contraception d’urgence

Améliorer l’information  Abonné

Publié le 06/05/2013

EN FRANCE, trois femmes sur quatre disposent d’une contraception. Pourtant, les échecs contraceptifs restent fréquents : une grossesse sur trois est non prévue et la moitié aboutit à une interruption volontaire de grossesse (IVG). Dans ce contexte, la Haute Autorité de santé (HAS) a évalué l’efficacité d’une prescription à l’avance de la contraception d’urgence, telle qu’envisagée par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte