Droit du travail

Peut-on licencier un salarié accro du tweet ?  Abonné

Publié le 09/05/2016
Twetter n’est pas travailler. Pourtant, la cour d’appel de Chambéry a donné raison à un salarié, jugeant que son licenciement pour excès de tweets était abusif.
Au travail aussi, tweet est permis

Au travail aussi, tweet est permis
Crédit photo : phanie

Trentenaire, votre nouvelle recrue est ultra-connectée, pense en réseau, partage instantanément avec ses followers, y compris pendant le temps de travail, et bouscule le rapport à l’autorité.

Manager la génération Y requiert une certaine dose d’agilité et une capacité à faire le dos rond. À l’officine, que faire quand les « digital natives » tweetent entre deux clients ? Recadrer le jeune collaborateur en lui rappelant quelques impératifs ou reprogrammer le logiciel un peu dépassé du patron ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte