Immigration clandestine

L’Europe se défile  Abonné

Publié le 27/04/2015
Le sommet européen, hâtivement réuni à Bruxelles jeudi dernier à la demande de l’Italie, a accouché d’une souris. Il n’a rien prévu pour l’accueil et la répartition des immigrés clandestins dans les différents pays membres de l’Union européenne. Il envisage seulement, mais avec le contrôle de l’ONU et l’aval éventuel de Vladimir Poutine, la destruction des bateaux qui transportent les migrants à partir de ports d’attache en Libye. Il prend néanmoins des mesures humanitaires indispensables.

En fait, il s’agit de revenir au système instauré par les Italiens et qui avait fait ses preuves. L’opération Mare nostrum était financée à hauteur de neuf millions par mois et avait un objectif strictement humanitaire : repêcher les migrants avant qu’ils ne se noient, leur donner immédiatement les soins et les abris requis. Cette fois, d’autres pays vont s’impliquer dans l’opération, notamment la Grande-Bretagne, et il est vraisemblable que l’on parviendra ainsi à éviter la catastrophe humanitaire de la semaine dernière, lorsque le naufrage d’un seul bateau a fait 800 morts.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte