Substitution

Du NS diffamatoire au blâme  Abonné

Publié le 18/12/2014

IL N’EST PAS toujours aisé d’entretenir des relations cordiales entre professionnels de santé. Encore moins lorsque l’attaque est aussi inattendue. L’histoire est rapportée par le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP), dans son journal de novembre dernier. Un médecin hospitalier, en août 2012, ajoute à sa prescription de Prograf (tacrolimus – immunosuppresseur de la classe des inhibiteurs de la calcineurine, indiqué dans la prévention du rejet de greffon), la mention manuscrite « non substituable ». Jusque-là, rien d’exceptionnel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte