Restrictions de prise en charge, obligation triennale…

Quelles pistes pour l’avenir du DPC ?  Abonné

Par
Anne-Gaëlle Moulun -
Publié le 27/10/2014

Le développement professionnel continu (DPC) a échappé de peu à la faillite en 2014. Mais pour assurer sa pérennité, des mesures correctrices devront être prises afin de renflouer ses comptes. Plusieurs pistes sont actuellement à l’étude.

Le DPC victime de son succès

Le DPC victime de son succès
Crédit photo : phanie

LE DÉVELOPPEMENT professionnel continu (DPC) est victime de son succès. Avec 18 000 inscriptions par mois en moyenne, et même 24 000 au mois de septembre, il ne cesse de prendre de l’ampleur. Problème : les finances ne suivent pas. Pour retrouver l’équilibre, deux mesures ont d’ores et déjà été prises. Treize millions d’euros ont été ajoutés au budget initial de 166 millions d’euros prévu pour 2014, afin d’assurer le financement du dispositif jusqu’à la fin de l’année.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte