Stages à l’officine

Le regard critique des étudiants  Abonné

Publié le 07/10/2010
S’ils se montrent convaincus de la nécessité des différents stages qu’ils effectuent à l’officine tout au long de leurs études, les futurs pharmaciens sont parfois déçus. Une vaste enquête menée par l’ANEPF (Association nationale des étudiants en pharmacie de France) pointe les insuffisances du dispositif et souligne, de fait, les aspirations estudiantines.
Un intérêt évident, mais une efficacité parfois discutable

Un intérêt évident, mais une efficacité parfois discutable
Crédit photo : S. toubon

À l’HEURE de la refonte de leur cursus, les étudiants sont convaincus de l’intérêt des stages en officine. Mais ils le sont moins sur leur efficacité. C’est ce qui ressort d’une vaste enquête nationale menée depuis plus d’un an, auprès de 8 500 étudiants, par l’ANEPF (Association nationale des étudiants en pharmacie de France). En 6e année, en particulier, les étudiants ne veulent pas être une main-d’œuvre très bon marché, une variable d’ajustement dans les équipes officinales. Selon eux, le maître de stage manque parfois de disponibilité, d’intérêt et de considération.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte