Mort subite du nourrisson à la baisse

La question du couchage n’explique pas tout, d’autres facteurs interviennent  Abonné

Publié le 07/12/2015
Une étude publiée dans « Pediatrics » sur 30 ans d’observation aux États-Unis met de nouveau en évidence que les consignes de couchage ne sont que l’un des facteurs expliquant la diminution des cas de mort subite du nourrisson. Certains sont déjà connus, le tabagisme maternel à la baisse ou la promotion de l’allaitement. Les mécanismes biologiques sous-jacents de vulnérabilité restent à découvrir.

Alors que les campagnes de santé publique sur le couchage des bébés se sont accompagnées d’une diminution de la mort subite du nourrisson (MSN), il ne s’agirait que de l’un des facteurs impliqués dans la baisse observée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte