Histoires de santé

Vitamines D : lutter contre le rachitisme  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 18/05/2017
Frederick Gowland Hopkins

Frederick Gowland Hopkins
Crédit photo : Artwork Copyright: the artist's estate; Photo Credit: The Royal Society

C’est en 1912 que le physiologiste anglais Frederick Gowland Hopkins (1861-1947) suggéra que le rachitisme pouvait être associé à un déficit nutritionnel. Il recommanda au Medical Research Committee nouvellement formé d’en faire un objectif de recherche prioritaire, et confia cette mission à un collaborateur, le pharmacologue Edward Mellanby (1884-1955). Ce dernier soumit des centaines de chiots à divers régimes diététiques et, dès 1918, il parvint à induire le rachitisme en les nourrissant pendant 3 à 4 mois de lait, de riz, d’avoine et de sel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte