Essai clinique de Rennes

L’implication de la molécule confirmée  Abonné

Publié le 04/04/2016

La molécule du laboratoire portugais Bial est bien en cause dans l’accident survenu en janvier lors de l’essai clinique de Rennes. Telle est la conclusion du comité d’experts réuni par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Après analyse de documents complémentaires, le comité estime que la molécule a agi non seulement sur l’enzyme FAAH qu’elle visait, mais sans doute aussi sur d’autres enzymes cérébrales qui n’étaient pas sa cible, soit par une action directe, soit par l’intermédiaire d’un métabolite.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3254