Maintien à domicile - Les pharmaciens du Grand Est prennent le marché en main

Maintien à domicileLes pharmaciens du Grand Est prennent le marché en main

Denis Durand de Bousingen
| 09.10.2017

Lassés d’être trop souvent « oubliés » par les hôpitaux lorsqu’il s’agit de préparer le maintien à domicile (MAD) des patients après une hospitalisation, les pharmaciens du Grand Est lancent une grande campagne d’information pour présenter les services qu’ils peuvent apporter dans ce domaine.

  • MAD Grand Est

Alors que la loi autorise les pharmaciens à assurer et mettre en place tous les services et équipements nécessaires au MAD, les patients et les familles ignorent trop souvent l’existence de cette compétence officinale. De leur côté, beaucoup de services hospitaliers qui prescrivent ces prestations transmettent directement leurs ordonnances à des grandes sociétés de distribution, sans même demander son avis au patient, placé devant le fait accompli.

Au-delà du non-respect de la loi,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires