Après le rachat de Merial par Boehringer Ingelheim - La santé animale comme cheval de bataille

Après le rachat de Merial par Boehringer IngelheimLa santé animale comme cheval de bataille

Mélanie Maziere
| 24.04.2017

Propulsé de la 6e à la 2e place mondiale en santé animale, l’Allemand Boehringer Ingelheim compte bien capitaliser sur le rachat de Merial au Français Sanofi. Une acquisition qui l’ancre plus profondément dans la pharmacie vétérinaire, même si l’essentiel de ses activités reste le médicament humain de prescription.

  • chat

Depuis le 1er janvier 2017, c’est officiel, Merial s’intègre pleinement à Boehringer Ingelheim. Si les premiers mois semblent avoir évité les habituels effets secondaires des fusions-acquisitions (mutualisation des coûts et conséquence sur les forces vives), l’intégration pleine et entière se fera au fil du temps. « En tant qu’entreprise, Merial est absorbée par Boehringer Ingelheim, mais les deux marques continuent à cohabiter pour le moment. Boerhinger est surtout connu par les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires