Après une décennie d'errance et de gabegie - La CNAM veut faire (enfin) décoller le DMP 2.0

Après une décennie d'errance et de gabegieLa CNAM veut faire (enfin) décoller le DMP 2.0

Henri de Saint Roman
| 15.12.2016

Des expérimentations sur le dossier médical partagé (DMP) commencent cette semaine. La CNAM est aux manettes, déterminée à éviter les erreurs du passé. Suffisant ?

  • dmp

DMP, nouvelle année zéro ? Prévu par la réforme de l’assurance-maladie de 2004, piloté jusqu’en 2012 par le GIP-DMP, puis par l’Agence des systèmes d’information partagés de santé (ASIP-Santé), le DMP à la française n’a jamais convaincu, trop « techno », mal ficelé et peu ergonomique.

Après les huit premières années de développement erratique, Marisol Touraine a pris acte en 2012 de l’échec – pour un coût proche du demi-milliard d’euros, selon la Cour des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires