Inondations - Comment rémunérer les salariés touchés ?

InondationsComment rémunérer les salariés touchés ?

Fabienne Rizos-Vignal
| 09.06.2016

À moins de s’équiper de palmes, de combinaisons de plongée, ou de se déplacer en paddle, certains salariés n’ont pas pu se rendre sur leur lieu de travail en raison des intempéries qui ont noyé une partie de la France. Routes bloquées, trains annulés, voitures retournées et riverains naufragés témoignent de l’ampleur de la catastrophe naturelle dans les départements les plus touchés. Quelles sont les conséquences sociales de cette météo exceptionnelle ? Le point en trois questions.

  • inondation

1. Que risque le salarié qui ne vient pas au travail ou qui arrive en retard ?

À l’impossible, nul n’est tenu ! L’absence, ou le retard d’un salarié, causée par un événement météorologique tout à fait imprévisible et impérieux, ne constitue pas une faute. L’employeur ne peut pas reprocher au salarié de ne pas se présenter à son travail. Toutefois, le salarié reste tenu de prévenir son employeur le plus rapidement possible afin qu’il puisse lui aussi s’organiser.

2. L...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires