Vaccinations : les académies sonnent l’alerte

Vaccinations : les académies sonnent l’alerte

Christophe Micas
| 17.02.2015
  • Pour l’Académie des Sciences d’Outre-Mer et l’Académie nationale de Pharmacie, la vaccination est...

Face aux dangers liés à la réémergence de maladies infectieuses, l’Académie des Sciences d’Outre-Mer et l’Académie nationale de Pharmacie sonnent l’alerte, à l’occasion de leur première séance commune. Les deux instances tiennent tout particulièrement à rappeler que la vaccination est l’une des plus grandes avancées de la médecine. Or, s’inquiètent-elles, force est de constater que « les maladies à prévention vaccinale, comme la poliomyélite, continuent à sévir dans les pays en voie de développement qui refusent la vaccination ou dont les conditions politiques/économiques ne permettent pas une couverture vaccinale suffisante » et que « dans les pays industrialisés, la négligence et le rejet de la vaccination par une partie de la population font resurgir des épidémies telles que la rougeole et son cortège de complications allant des plus bénignes au plus graves (pneumonies sévères, encéphalites, décès) ». Elles soulignent également que les échanges internationaux favorisent la résurgence d’infections dans les pays où la couverture vaccinale est insuffisante et que des fléaux tels que le sida, l’hépatite C, l’infection à virus Ebola, ou encore le paludisme, restent aujourd’hui privés de réponse vaccinale et témoignent de la fragilité de certains pays à l’égard de nombreux risques épidémiques. Au total, l’Académie des Sciences d’Outre-Mer et l’Académie nationale de Pharmacie recommandent notamment que la surveillance épidémiologique soit renforcée dans les pays en développement, notamment pour dépister le risque de maladies émergentes ou réémergentes, que des programmes de recherche pour la mise au point de vaccins visant à lutter contre les infections non encore prévenues par la pratique vaccinale soient développés, et que la vaccination soit considérée comme une priorité et puisse être accessible à chacun, quel que soit son niveau de revenus. « Le bénéfice vaccinal excède très largement les risques inhérents à tout traitement », insistent les deux académies.

Source : Lequotidiendupharmacien.fr

Cet article fait partie du dossier Vaccination

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 10

Partenaires