L’arrêté de bonnes pratiques de vente de médicaments sur Internet est paru - Commerce en ligne : mode d’emploi

L’arrêté de bonnes pratiques de vente de médicaments sur Internet est paruCommerce en ligne : mode d’emploi

27.06.2013

Après plusieurs mois d’attente, l’arrêté relatif aux bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique vient d’être publié au « Journal officiel ». Identification des sites, fixation des prix, envoi des colis, spécialités concernées : le texte publié dimanche apporte toutes les réponses permettant la mise en œuvre dans les règles de cette nouvelle activité.

  • Les règles encadrant le commerce de médicaments sur Internet sont désormais connues
• Qui pourra proposer des médicaments sur Internet ?

Seules les officines « de briques et de mortier » disposant d’une licence pourront créer leur site de vente à distance. « Le site Internet de la pharmacie est considéré comme le prolongement virtuel d’une officine de pharmacie autorisée et ouverte au public », peut-on ainsi lire dans l’arrêté publié le 23 juin. Il ne doit dépendre d’aucun financement émanant de laboratoires. Son autorisation d’ouverture est, quant à elle, décidée par le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Être adjoint en 2017-0
Dossier web

Être adjoint en 2017

Entretien pharmaceutique, dépistage, conciliation médicamenteuse... Les adjoints peuvent s'investir dans de nombreuses missions. Ils peuvent aussi, depuis quelques mois, acquérir jusqu'à 10 % des parts d'une officine dans laquelle ils exercent.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.