Lutte contre la contrefaçon, le vol et le trafic de médicaments - Rencontre avec les gendarmes de la santé

Lutte contre la contrefaçon, le vol et le trafic de médicamentsRencontre avec les gendarmes de la santé

05.12.2011

Il y a quelques mois, une enquête judiciaire permettait de mettre fin à un réseau criminel spécialisé dans le trafic de Rivotril. À l’origine du coup de filet, l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) qui œuvre depuis 2004 au sein de la gendarmerie nationale. Pour la première fois, le « Quotidien » a pu pénétrer le QG de l’OCLAESP dont l’une des missions premières est la lutte contre la contrefaçon, le vol et le détournement de médicaments. Une nouvelle criminalité face à laquelle le pharmacien ne peut pas rester tout à fait indifférent.

  • Colonel Thierry Bourret : " Notre pays est relativement protégé de la contrefaçon mais nous...

LA MOUSTACHE ne trompe pas, nous sommes bien dans une gendarmerie. C’est en effet dans l’imposant fort de gendarmerie d’Arcueil, à seulement quelques kilomètres du périphérique parisien, que siège le quartier général de l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP). Le Colonel Thierry Bourret, maître des lieux, nous reçoit. Une poignée de mains ferme, que contredit aussitôt un sourire bienveillant surmonté de rassurantes baccantes, et l...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires