Usage détourné de gaz hilarant : de plus en plus de troubles graves

Usage détourné de gaz hilarant : de plus en plus de troubles graves

Charlotte Demarti
| 19.11.2019
  • gaz hilarant

Face à l’augmentation récente des cas de troubles neurologiques graves en lien avec un usage détourné du gaz protoxyde d’azote, les autorités sanitaires mettent en garde sur les dangers de cette pratique, même occasionnelle.

L’usage détourné de protoxyde d’azote n’est pas nouveau, mais le nombre et la gravité des effets indésirables en lien avec cette pratique tendent à augmenter. Notamment, des atteintes du système nerveux central et de la moelle épinière ont été rapportées. Ainsi...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
plfss

À la Une Des missions en plus, de l'argent en moins Abonné

Feuille de route du système de santé pour la prochaine année, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2020 a été adopté par l’Assemblée nationale le 3 décembre. Il contient quelques avancées notables pour l’exercice officinal dans un cadre budgétaire qui demeure, une fois de plus, très contraint. 4

Partenaires