À la Une - Peut-on encore éviter la fracture officinale ?

À la UnePeut-on encore éviter la fracture officinale ?

Marie Bonte
| 30.09.2019

Comment transformer l’économie officinale sans compromettre le fragile équilibre financier de certaines pharmacies, ni mettre en péril le réseau officinal tout entier ? C’est à ce défi que devront s'attaquer dans les toutes prochaines années les partenaires conventionnels. Car il y a urgence au regard du diagnostic présenté par les experts-comptables lors de la 20e Journée de l’économie de l'officine, organisée le 25 septembre par « Le Quotidien ».

  • officine

Tournant le dos à une économie exclusivement portée par la dispensation du médicament, l’officine est entrée dans une économie de services. Rien d’étonnant donc à ce que les honoraires et les nouvelles missions soient désormais considérés par 55,3 % des pharmaciens comme un élément ayant déjà modifié « significativement » leur rémunération. Cet indicateur encourageant pour la réforme de la rémunération officinale est l'un des principaux enseignements du sondage réalisé...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacie

À la Une Activité officinale : le calme après la tempête

Après avoir connu deux vagues records correspondant l'une à l'afflux de demandes de paracétamol et de renouvellement d'ordonnances, l'autre à des prescriptions insolites en hydroxychloroquine, l'activité officinale est en chute libre depuis dix jours. Comment faire face à cette situation inédite sans trop de casse ? Commenter

Partenaires