À la Une - Peut-on encore éviter la fracture officinale ?

À la UnePeut-on encore éviter la fracture officinale ?

Marie Bonte
| 30.09.2019

Comment transformer l’économie officinale sans compromettre le fragile équilibre financier de certaines pharmacies, ni mettre en péril le réseau officinal tout entier ? C’est à ce défi que devront s'attaquer dans les toutes prochaines années les partenaires conventionnels. Car il y a urgence au regard du diagnostic présenté par les experts-comptables lors de la 20e Journée de l’économie de l'officine, organisée le 25 septembre par « Le Quotidien ».

  • officine

Tournant le dos à une économie exclusivement portée par la dispensation du médicament, l’officine est entrée dans une économie de services. Rien d’étonnant donc à ce que les honoraires et les nouvelles missions soient désormais considérés par 55,3 % des pharmaciens comme un élément ayant déjà modifié « significativement » leur rémunération. Cet indicateur encourageant pour la réforme de la rémunération officinale est l'un des principaux enseignements du sondage réalisé...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires