Nicolas Revel veut rassurer  Abonné

Publié le 30/09/2019
Pour le directeur général de la Caisse nationale d'assurance-maladie, il y a lieu de corriger, par le dialogue, les scénarios catastrophes redoutés par les syndicats et les groupements de pharmaciens.
Pour le directeur général de la CNAM rien n’est figé

Pour le directeur général de la CNAM rien n’est figé
Crédit photo : S. Toubon

Entre l'article 66 modifiant la prescription du « non substituable » (NS) et le « trop-perçu » au titre des honoraires de dispensation de médicaments spécifiques, l’addition risque de s’alourdir pour l’officine, qui pourrait perdre environ 300 millions d’euros de marge à cause de la première mesure et devrait rembourser 150 millions d'euros à l’assurance-maladie dans le second cas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte