Préparation magistrale - Les sous-traitants s'engagent dans une démarche de qualité

Préparation magistraleLes sous-traitants s'engagent dans une démarche de qualité

Hélia Hakimi-Prévot
| 05.11.2018

Si la préparation magistrale occupe, aujourd'hui, une place résiduelle comparée aux spécialités industrielles, elle reste indispensable. Alors que l'ANSM est en train de réviser les Bonnes pratiques de préparations, Sébastien Gallice, président de la Société des officinaux sous-traitants en préparation, présente les dernières évolutions de cette activité.

  • sous traitants

La préparation magistrale répond à certaines nécessités d'usage non-couverts. Utile pour compenser les indisponibilités médicamenteuses, adapter les posologies et les galéniques, elle répond également à certains protocoles particuliers tels que le sevrage ou la pédiatrie et contribue au développement des médecines alternatives. Dès 1988, avec la publication des Bonnes pratiques de préparation officinale (BPPO), pharmaciens et préparatoires ont bénéficié des premières recommandations...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacie

À la Une Activité officinale : le calme après la tempête

Après avoir connu deux vagues records correspondant l'une à l'afflux de demandes de paracétamol et de renouvellement d'ordonnances, l'autre à des prescriptions insolites en hydroxychloroquine, l'activité officinale est en chute libre depuis dix jours. Comment faire face à cette situation inédite sans trop de casse ? Commenter

Partenaires