Journées européennes du patrimoine - L’Ordre accueille pour la première fois un artiste contemporain

Journées européennes du patrimoineL’Ordre accueille pour la première fois un artiste contemporain

Julie Chaizemartin
| 13.09.2018

Comme chaque année pour les Journées du patrimoine, l’Ordre national des pharmaciens ouvre les portes de son bâtiment situé en bordure du parc Monceau à Paris. Outre l’histoire du lieu, qui remonte aux belles architectures bourgeoises de la fin du XIXe siècle, c’est évidemment l’histoire de la pharmacie qui sera mise à l’honneur, cette fois sous un angle inédit, celui de l’art moderne et contemporain.

  • journées du patrimoine

Après tout, ne parle-t-on pas d’art pharmaceutique ? Comme le souligne Dominique Kassel, conservatrice des collections pharmaceutiques à l’Ordre et architecte de ces Journées, l’idée est bien de « mélanger les arts » et de montrer que les objets pharmaceutiques « ont une autre vie et deviennent parfois des œuvres d’art ». Dans cette optique, il a été décidé d’inviter pour la première fois une exposition d’art contemporain au siège de l’Ordre.

Après l’exceptionnel...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires