Une maison de santé virtuelle - Papillon, le projet d'un pharmacien corrézien contre les déserts médicaux

Une maison de santé virtuellePapillon, le projet d'un pharmacien corrézien contre les déserts médicaux

Jean-Pierre Gourvest
| 12.02.2018

Un pharmacien installé à Bugeat, sur le plateau de Millevaches, a mis au point un logiciel original fonctionnant comme une plateforme collaborative qui permet de connecter entre eux les professionnels de santé du secteur. Un outil contre les déserts médicaux qu'il s'apprête à développer pour d'autres régions rurales.

  • Antoine Prioux

Antoine Prioux, pharmacien corrézien de 32 ans, lutte à sa manière contre une désertification médicale dans laquelle il voit plutôt des zones mal adaptées que de réels territoires délaissés. Installé depuis 2016 à Bugeat, sur le versant corrézien du plateau de Millevaches, il inaugure une start-up pas comme les autres sous l’enseigne « Papillon », en référence à l’effet éponyme, qu’il ambitionne de développer dans d'autres régions. Sa vocation : l’édition d’un...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

À la Une ROSP 2017 : ce qu'elles rapportent vraiment Abonné

Substitution générique, accompagnement des asthmatiques, suivi des patients sous anticoagulants : plusieurs missions justifient une rémunération complémentaire à celle de la marge commerciale et des honoraires. Mais combien ces rémunérations sur objectifs de santé publique (ROSP) rapportent-elles, en moyenne, aux pharmaciens ? Commenter

Partenaires