Un entretien avec Jean Fabre, président de Phoenix Pharma France* - La répartition souffre d'un manque de visibilité

Un entretien avec Jean Fabre, président de Phoenix Pharma France*La répartition souffre d'un manque de visibilité

Marie Bonte
| 08.01.2018

Le président du répartiteur Phoenix Pharma France et du groupement Plus Pharmacie (enseigne PharmaVie) livre son analyse sur les mutations récentes du marché des groupements ainsi que sur les défis à relever par le secteur de la répartition.

  • jean Fabre

Le Quotidien du pharmacien. — Vous avez pris, il y a six mois, la direction de Phoenix Pharma France ainsi que celle de PharmaVie. Quel développement envisagez-vous pour ce groupement ?

Jean Fabre.- Je pense qu’un groupement ne se définit pas par sa taille mais par sa capacité à répondre aux missions du pharmacien. Nous avons déjà franchi une première étape de manière symbolique, par exemple avec Lili Smart, une application pour l’accompagnement des personnes dépendantes,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires