Un entretien avec Jean Fabre, président de Phoenix Pharma France* - La répartition souffre d'un manque de visibilité

Un entretien avec Jean Fabre, président de Phoenix Pharma France*La répartition souffre d'un manque de visibilité

Marie Bonte
| 08.01.2018

Le président du répartiteur Phoenix Pharma France et du groupement Plus Pharmacie (enseigne PharmaVie) livre son analyse sur les mutations récentes du marché des groupements ainsi que sur les défis à relever par le secteur de la répartition.

  • jean Fabre

Le Quotidien du pharmacien. — Vous avez pris, il y a six mois, la direction de Phoenix Pharma France ainsi que celle de PharmaVie. Quel développement envisagez-vous pour ce groupement ?

Jean Fabre.- Je pense qu’un groupement ne se définit pas par sa taille mais par sa capacité à répondre aux missions du pharmacien. Nous avons déjà franchi une première étape de manière symbolique, par exemple avec Lili Smart, une application pour l’accompagnement des personnes dépendantes,...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Olivier Véran

Olivier Véran veut relancer la production de médicaments en Europe

Hier au Sénat, le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est montré rassurant quant au risque sur l'approvisionnement en médicaments du fait de l'épidémie de coronavirus qui paralyse l'industrie chinoise. Il prône... 1

Partenaires