La pharmacie de demain - Oui aux nouveaux services, mais rémunérés

La pharmacie de demainOui aux nouveaux services, mais rémunérés

Mélanie Maziere
| 26.10.2017

Toute la profession est d’accord pour développer de nouveaux services aux patients et être sur tous les fronts en termes d’accompagnement. Vaccination, PDA, relais de télémédecine, entretiens pharmaceutiques, livraison voire dispensation à domicile… Les idées ne manquent pas. Mais quid de la rémunération ?

Que sera le pharmacien de demain ? Il sera à la fois « pharmacien clinicien travaillant en équipe pluridisciplinaire », offrant un « bouquet de compétences allant du produit aux services », un « libéral créateur de valeur et un professionnel de santé inventif et humaniste », un spécialiste de « l’accompagnement du patient dans le parcours de soins »Surtout, dans 10 ans il sera toujours là, accessible, « de proximité », indépendant et « ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires