Maître Baratelli : « Ce n'est pas le fabriquant de la gomme qui est coupable »

Maître Baratelli : « Ce n'est pas le fabriquant de la gomme qui est coupable »

Didier Doukhan
| 26.10.2017

Me Olivier Baratelli a longuement plaidé, vendredi dernier, la relaxe de son client, la société Alliadis. Revenant sur cette plaidoirie, il détaille au « Quotidien » les arguments qui constituent la ligne de défense de l'éditeur informatique.

  • Me Olivier Baratelli, avocat d'Alliadis

Pour Maître Baratelli, il y a les moyens de bon sens et ceux de droits. Le bon sens tient en une formule à la fois cash et explicite : « les pharmaciens n'ont besoin de personne pour faire des comptes d'apothicaire. » Autrement dit, précise-t-il, « il semble exister chez les pharmaciens une pratique bien particulière, concernant l'encaissement des espèces lors de la vente de produits non remboursables, qui passe hors comptabilité… » Si la pratique a...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
graphique

À la Une Réforme des retraites : touchez pas à la « capi » Abonné

Depuis l’annonce de compromis par le Premier ministre, le 11 janvier, les représentants de la profession travaillent d’arrache-pied pour présenter des propositions qui éviteront une mainmise totale de l’État sur le système de retraite des pharmaciens. Et plus particulièrement sur la retraite complémentaire par capitalisation (CAPI), pilier essentiel des pensions de la profession. 4

Partenaires