Le Collectif des groupements pose les bases de la mutation de la pharmacie

Vers un recentrage sur les services aux patients  Abonné

Publié le 28/10/2013
Réunis au Sénat pour leur congrès national, les membres du Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO) ont posé les fondements de la pharmacie de demain. Une pharmacie où la notion de service serait centrale. D’où la nécessité de travailler main dans la main avec les patients pour convaincre les pouvoirs publics du bien-fondé de cette évolution.

« AUX YEUX du public, l’acte de délivrance doit symboliser que le pharmacien n’est pas un simple épicier, mais un expert du médicament, doté d’un réel savoir. » D’emblée, Arnaud Leclerc a donné le ton du colloque du Collectif des groupements, organisé la semaine dernière au Sénat. Un ton offensif et délibérément tourné vers le patient. Car, selon ce professeur de sciences politiques à l’université de Nantes, « la reconnaissance de la valeur du conseil pharmaceutique par les pouvoirs publics nécessite préalablement d’obtenir le soutien des patients ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte