Traitements anticancéreux : mieux détecter l’insuffisance cardiaque  Abonné

Publié le 09/05/2016
La toxicité cardio-vasculaire des traitements anticancéreux est une réalité, dont l’incidence reste toutefois mal précisée. Pour les cliniciens, de nombreuses questions se posent, notamment sur les modalités de détection de l’insuffisance cardiaque.

Les traitements des cancers sont de plus en plus nombreux et ont pour la plupart des effets secondaires potentiels sur le système cardio-vasculaire : insuffisance cardiaque mais aussi troubles du rythme, thrombose et hypertension artérielle. « Il est établi que l’insuffisance cardiaque est un facteur de moins bonne survie chez les patients traités pour un cancer, mais également que les insuffisances cardiaques induites par les chimiothérapies sont plus difficiles à traiter et de moins bon pronostic », a rappelé le Pr Alain Cohen-Solal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte