Une thèse pas ordinaire

Quand Jacques Faizant croquait la pharmacie  Abonné

Par
Publié le 08/11/2018
C'est au terme d'une carrière dévouée à la profession que l'officinale Sylvie Rosenzweig vient de soutenir sa thèse à la faculté de l'Observatoire (Paris V). Son travail, amorcé il y a près de 40 ans, retrace les évolutions de l'univers pharmaceutique sous le facétieux crayon du célèbre dessinateur Jacques Faizant.
Jacques Faizant

Jacques Faizant
Crédit photo : DR

« Je suis une vieille dame qui vient vous présenter le travail de son papa, le dessinateur Jacques Faizant. » C'est appuyée sur une canne, et mimant l'un des personnages fétiches du célèbre dessinateur que Sylvie Rosenzweig débute sa soutenance de thèse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte