Ne pas baisser la garde  Abonné

Publié le 23/10/2014

LES PHARMACIENS ont évité le pire. Le sort réservé à l’officine par Emmanuel Macron aurait en effet pu être bien différent. Quelques heures seulement avant la présentation des grandes lignes de son projet de loi pour l’activité, le ministre de l’Économie semblait toujours vouloir toucher aux piliers de l’officine. Ce qui lui a fait changer d’avis ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte