Les pharmaciens allemands s’estiment punis par le gouvernement  Abonné

Publié le 08/10/2015
Temps fort de la vie professionnelle allemande, le Congrès national des pharmaciens, qui vient de se tenir à Düsseldorf, se déroulait cette année parallèlement au 75e congrès de la Fédération internationale pharmaceutique (FIP). Mais la présence de plus de 3 000 pharmaciens venus du monde entier n’a pas consolé les pharmaciens allemands de l’absence remarquée des principaux représentants politiques du pays, alors même que le ton monte entre la profession, le gouvernement et les parlementaires.

À l’exception d’un unique député membre d’un petit parti de gauche, aucun élu national n’a participé aux débats du Congrès des pharmaciens allemands, alors que tous les partis politiques, au pouvoir comme dans l’opposition, y sont d’ordinaire très représentés. Les pharmaciens y voient une forme symbolique de « punition » jugée d’autant plus injuste qu’ils ont l’impression de rendre de plus en plus de services à la population, sans en retirer le moindre avantage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte