Asthme sévère à éosinophiles

L'efficacité du benralizumab démontrée  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 12/09/2016
Deux essais cliniques de phase III, SIROCCO et CALIMA, dont les résultats ont été présentés lors du congrès de l'ERS (European Respiratory Society) et publiés dans « The Lancet », montrent que le benralizumab d'AstraZeneca, un anticorps monoclonal qui a pour spécificité de cibler le récepteur alpha de l'interleukine-5 (IL-5) (et non l'IL-5 directement), permet de réduire les exacerbations dans le traitement de l'asthme sévère à éosinophiles.

Exemple de la médecine personnalisée en pneumologie, le benralizumab est un « outil qui nous manquait pour le sous-groupe de patients souffrant d'asthme sévère à éosinophiles, soit 20 à 30 % des 200 000 asthmatiques sévères français », estime le Pr Gilles Devouassoux, chef du service de pneumologie à l'hôpital de La Croix Rousse à Lyon (hospices civils de Lyon) et principal investigateur de l'essai SIROCCO (qui rassemble les patients les plus sévères, ayant connu 3 exacerbations l'année précédant l'inclusion).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte