Nouvelles missions

Le jeu en vaut-il la chandelle ?  Abonné

Publié le 16/03/2015
Si les nouveaux services officinaux présentent des avantages en termes de santé et d’économie de santé, il reste encore, pour le pharmacien, à obtenir leur meilleure rémunération, afin de les instaurer durablement à l’officine.

ENTRETIENS pharmaceutiques sur les AVK ou l’asthme, test de dépistage rapide, renouvellement de prescription de pilule, programmes d’éducation thérapeutique… Depuis la loi HPST, les pharmaciens peuvent initier de nouveaux services à l’officine. Avec plusieurs objectifs à la clé. Ces missions visent à améliorer la santé du patient, à désengorger les cabinets médicaux et à faire réaliser des économies à la Sécurité Sociale. De plus, pour le pharmacien, elles sont un moyen d’être reconnu pour sa compétence professionnelle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte