Le cas grec  Abonné

Publié le 17/10/2013

La Grèce, qui prendra la présidence semestrielle de l’Union européenne en janvier prochain, estime avoir rationalisé efficacement son système de santé, grâce notamment à la mise en place d’une politique active de génériques, d’ordonnances électroniques et de suivi des prescriptions. Adonis Georgiades, ministre grec de la Santé, présentait ces mesures lors du forum de Gastein.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte