Le cancer en première ligne  Abonné

Par
Dr Irène Drogou -
Damien Coulomb -
Publié le 13/10/2016

Les cellules cancéreuses se servent notamment de l’autophagie pour se défendre contre le stress important que représente la chimiothérapie. Plusieurs équipes ont donc suggéré qu’une inhibition de l’autophagie pouvait améliorer l’efficacité des chimiothérapies. Plusieurs essais tentent notamment de coupler l’hydroxychloroquine, un antipaludéen connu pour inhiber l’autophagie, au paclitaxel, au carboplatine, ou au bevacizumab.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte