Le poids du médicament dans les dépenses de santé

La toute-puissance de la pharmaco-économie  Abonné

Publié le 27/10/2014
Science récente, la pharmaco-économie doit permettre, à terme, de mieux cerner la véritable part du médicament dans les dépenses de santé. Une démarche qui prend toute son importance, à l’heure où l’industrie pharmaceutique est de plus en plus montrée du doigt.

EFFICIENCE. Un maître mot pour la Commission d’évaluation économique et de santé publique (CEESP). Créée par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2008, cette instante, qui dépend de la Haute Autorité de santé (HAS), se livre à l’évaluation de la pertinence des médicaments bénéficiant d’un SMR 1, 2 ou 3 et dont le chiffre d’affaires annuel devrait dépasser les 20 millions d’euros.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte