Première année commune aux études de santé

« La réforme a fait perdre beaucoup aux étudiants »  Abonné

Publié le 27/10/2011
Dans un entretien avec « le Quotidien », Louis Laronche, nouveau président de l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF), explique pourquoi la première année commune aux études de santé (PACES) doit être améliorée.
Louis Laronche

Louis Laronche

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quels ont été les temps forts du congrès de l’ANEPF, qui s’est tenu à Limoges du 13 au 16 octobre ?

LOUIS LARONCHE.- Tout d’abord, ce congrès a permis aux 350 étudiants des corporations des 24 facultés de pharmacie françaises de se rassembler, pour assister à ces trois journées de formation et d’information. De plus, notre congrès se déroulait sous le haut patronage de Laurent Wauquiez, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte