Un système de cartographies dynamiques dans la tête

La découverte du GPS cérébral nobélisé  Abonné

Publié le 13/10/2014
Le Prix Nobel de médecine 2 014 a récompensé conjointement deux équipes, John O’Keefe et le couple norvégien May-Britt et Edvard Moser, pour leurs travaux fondateurs sur un système de géopositionnement dans le cerveau. La représentation de l’environnement repose sur des intégrateurs puissants de l’espace, les cellules de lieu (ou « place cells » en anglais) et les cellules de grille (« grid cells »). Les deux types de neurones situés dans l’hippocampe et le cortex entorhinal fonctionnent en réseau avec d’autres cellules de l’orientation. Ce système GPS interne complexe, qui suscite plus que jamais la curiosité des scientifiques, recèle encore bien des secrets à percer.

Crédit photo : AFP

Se déplacer, échapper aux dangers, adapter son comportement à l’environnement, la représentation dans l’espace est vitale pour les mammifères. Cette faculté capitale repose sur des intégrateurs de l’espace, deux sortes de neurones essentiels sans lesquels rien n’est possible, les cellules de lieu dans l’hippocampe et les cellules de grille, tout à côté, dans le cortex entorhinal.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte