Risque cardiovasculaire

Il n’y a pas de faible consommation  Abonné

Par
Publié le 23/11/2017
Tendance, la simple réduction du tabagisme, sans arrêt total, n’est pas la bonne stratégie pour réduire efficacement le risque cardiovasculaire. Explications du Pr Daniel Thomas (hôpital La Pitié-Salpêtrière, Paris).
plaque d'athérome

plaque d'athérome
Crédit photo : Phanie

Une minorité de fumeurs consomme peu et de façon intermittente : ces patients ne sont pas dépendants à la nicotine et ne présentent pas non plus d'addiction comportementale. Bien qu'ils se croient à l'abri, des études ont montré qu'ils encouraient des risques importants sur le plan cardiovasculaire. Pour preuve, même ceux qui ne fument pas mais sont soumis au tabagisme d'un proche (tabagisme passif) encourent un risque cardiovasculaire accru de 25 à 30 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte