Herborisations au front  Abonné

Publié le 30/10/2014

Nombreux furent les Poilus qui « herborisèrent » pendant les interminables semaines d’immobilisme, dans les tranchées. Cette guerre de position favorisa la contemplation d’une nature qui contribua à maintenir le moral de soldats largement recrutés, rappelons-le, dans une société encore majoritairement rurale et attentifs à retrouver des repères évocateurs de leur village d’origine. En témoignent les nombreuses plantes séchées jointes aux lettres et aux cartes envoyées du front voire les herbiers entiers, réalisés avec soin et étiquetés avec méticulosité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte