Du rat au chauffeur de taxi, la difficile application des cellules de lieu  Abonné

Publié le 13/10/2014

Les cellules de lieu de O’Keefe, les cellules de grille de May-Britt et Edvard Moser, complétées en 1985 par les cellules de direction de la tête découvertes par Jim Rank, de l’université de New York, ont permis de comprendre très précisément le fonctionnement de la mémoire spatiale chez le rat. Mais est ce transposable chez l’homme ? « C’est plus difficile, » reconnaît le Dr Michel Thiebaut De Shotten de l’institut du cerveau et de la moelle épinière, « on ne peut pas enregistrer directement l’activité des neurones.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte