Prix Nobel de Médecine

Des molécules testées  Abonné

Publié le 08/10/2009

Le prix Nobel 2009 de médecine ou physiologie a été décerné à Elizabeth Blackburn, Carol Greider et Jack Szostak pour leurs recherches sur les télomères, ces coiffes qui évitent aux chromosomes de raccourcir au cours des divisions cellulaires. Ainsi qu’à la découverte de la télomérase, l’enzyme qui permet d’élaborer l’ADN des télomères, et impliquée dans le vieillissement.

LE SYSTÈME télomères-télomérase, on l’a compris, assure la stabilité du patrimoine génétique. Au-delà de cela, d’autres fonctions sont soupçonnées et montrées. Ce système intervient dans la capacité de prolifération des cellules : dans tous les cas, une cellule doit maintenir ses télomères pour se diviser. Le raccourcissement des télomères mène la cellule et tout l’organisme à la sénescence ; il y a un lien avec l’épuisement des organes, lorsqu’il n’y a plus de possibilité de remplacer les cellules qui se perdent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte