Déréglementation : l’essentiel est préservé  Abonné

Publié le 27/10/2014
Hubert Olivier

Hubert Olivier
Crédit photo : S. TOUBON

La profession restera attentive aux débats parlementaires, mais si l’on s’en tient aux grandes lignes de la future loi sur la croissance présentée par le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, les médicaments resteront à l’officine et l’ouverture du capital se limitera aux seuls pharmaciens. Une orientation qui doit satisfaire Bernard Charles, président du centre d’études et de formation hospitalière (CEFH). « Ne mettez jamais le doigt dans l’ouverture du capital », a-t-il mis en garde lors de la Journée de l’économie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte