Un Prix Nobel de chimie aux frontières de la médecine

Cancer : les mécanos de l’ADN  Abonné

Publié le 12/10/2015
Le prix Nobel de chimie a été décerné au Suédois Tomas Lindahl, à l’Américain Paul Modrich et au Turco américain Aziz Sancar pour leurs travaux sur les mécanismes de réparation d’un ADN endommagé. La compréhension de ces mécanismes pourrait permettre d’améliorer les traitements contre le cancer, notamment en accroissant l’efficacité de la chimiothérapie.

« Notre ADN est constamment en train d’être endommagé », explique Terence Strick (Institut de biologie Jacques Monod à Paris). Par les UV du soleil, les produits toxiques contenus dans la fumée du tabac, les rayonnements ionisants. Également, des erreurs sont introduites dans notre ADN lorsque ce dernier se réplique, ce qu’a démontré Paul Modrich.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte