Avis d’experts  Abonné

Publié le 26/10/2015

- Albin Dumas, président de l’APR : « Le facteur aggravant des officines rurales est qu’elles sont plus petites, en termes d’activité, que la moyenne nationale. »

- Gilles Bonnefond, président de l’USPO : « Je suis inquiet de la réforme de la rémunération en 2016, qui va aggraver la distorsion entre les officines ayant beaucoup de patients chroniques et les grosses pharmacies qui ont plus de potentiel de développement. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte