Aspirine en prévention primaire

Après deux études négatives, le débat est-il clos ?  Abonné

Par
Dr Isabelle Hoppenot -
Publié le 01/10/2018
L’intérêt de l’aspirine à faible dose en prévention primaire chez des patients à risque est depuis longtemps débattu. Les résultats des études ASCEND et ARRIVE ne plaident pas en faveur de cette stratégie préventive.
ASPIRINE

ASPIRINE
Crédit photo : Phanie

Si les bénéfices de l’aspirine (ASA) en prévention secondaire sont parfaitement établis, chez les diabétiques comme chez les non-diabétiques, sa place en prévention primaire fait l’objet de discussions depuis de nombreuses années. Certaines études ont en effet souligné son intérêt pour réduire le risque d’infarctus du myocarde, au prix toutefois d’une augmentation du risque d’hémorragies, en particulier digestives. Un risque accepté par certains, chez des patients à risque comme les diabétiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte