Tampons, coupes menstruelles et risques infectieux - Prévenir le syndrome de choc toxique

Tampons, coupes menstruelles et risques infectieuxPrévenir le syndrome de choc toxique

Hélia Hakimi-Prévot
| 27.06.2019

Le syndrome du choc toxique (CTS) lié à l’utilisation de tampons et de coupes menstruelles touche environ 100 femmes par an. La morbidité importante de cette maladie implique une éducation des patientes dès les premières règles.

  • tampon

Les premiers cas de syndrome de choc toxique staphylococcique  remontent aux années 1980. Aux États-Unis, des études épidémiologiques réalisées auprès de 800 femmes permettent alors de faire le lien entre cette maladie et l’utilisation de tampons composés de polyacrylate.

« Cette maladie se déclare uniquement chez les femmes porteuses, au niveau du vagin, de la bactérie S. aureus productrice de la toxine du CTS (appelée TSST-1) », souligne le Pr Gérard Lina,...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
dasri

DASRI : l'engagement fléchit

Les pharmaciens sont appelés à se mobiliser davantage dans la délivrance systématique d’une boîte DASTRI aux patients concernés. Selon un sondage Ifop/DASTRI, ils sont 9 % de moins qu’il y a deux ans à adopter ce geste. Un peu... Commenter

  • À la UneLes secrets du succès du modèle coopératif

    Abonné
    armand Pinton

    Mis durement à l’épreuve au cours des deux dernières décennies, les différents acteurs de la chaîne du médicament semblent résister... Commenter

  • ÉthologieLe chien qui parlait

    Abonné
    stella

    « Il ne lui manque plus que la parole » se disait sans doute Christina Hunger, orthophoniste à San Diego (Californie) en regardant son chien... Commenter

  • HumeurSous le sable, l'or

    Abonné

    Vous allez me trouver pervers, mais l'idée qu'il suffit d'aller sur le littoral atlantique pour y trouver des paquets de cocaïne m'a donné... Commenter

Partenaires