Aspirine en prévention primaire - Après deux études négatives, le débat est-il clos ?

Aspirine en prévention primaireAprès deux études négatives, le débat est-il clos ?

Dr Isabelle Hoppenot
| 01.10.2018

L’intérêt de l’aspirine à faible dose en prévention primaire chez des patients à risque est depuis longtemps débattu. Les résultats des études ASCEND et ARRIVE ne plaident pas en faveur de cette stratégie préventive.

  • ASPIRINE

Si les bénéfices de l’aspirine (ASA) en prévention secondaire sont parfaitement établis, chez les diabétiques comme chez les non-diabétiques, sa place en prévention primaire fait l’objet de discussions depuis de nombreuses années. Certaines études ont en effet souligné son intérêt pour réduire le risque d’infarctus du myocarde, au prix toutefois d’une augmentation du risque d’hémorragies, en particulier digestives. Un risque accepté par certains, chez des patients à risque comme les...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
dialogue

À la Une Dispensation protocolisée : le grand débat Abonné

À quelques jours de l'examen par le Sénat de la loi santé, « Le Quotidien du pharmacien » et « Le Généraliste », ont organisé un face à face entre Philippe Besset, président de la FSPF, et Luc Duquesnel, président des Généralistes-CSMF. Le pharmacien et le médecin ont confronté pour la première fois devant les deux rédactions réunies leur point de vue sur la dispensation protocolisée. Commenter

Partenaires